« Pourquoi ne pas prendre d’urgence un décret en Conseil des Ministres, respectueux du droit international des droits de l’homme, pour reconvertir toutes les plantations agricoles installées illégalement dans les parcs nationaux et forêts classées en espaces forestiers de l’État ? » s’est interrogé Sindou BAMBA, Coordonnateur général du RAIDH.

    Selon les statistiques du Ministère des Eaux et Forêts, de 1990 à 2015, environ 4 449 718 ha de forêts en Côte d’Ivoire ont été dévastées. Chaque année, en moyenne 177 989 ha du patrimoine forestier de l’État sont détruits pour des activités agricoles clandestines. De nombreux produits chimiques et pesticides utilisés, sans « Les parcs nationaux et forêts classées de contrôle, par les clandestins pour Côte d’Ivoire sont devenus un espace entretenir les plantations de cacao forestier de non droit. Les agriculteurs classé polluent les sols et agissent allochtones et burkinabè continuent à y dangereusement sur être installés depuis la crise de 2002… Cliquez sur ce lien pour télécharger le rapport en entier : http://bit.ly/2MibI6K



0 Partages